La lettre
Strasbourg, 02-12-1996
 
Je vais. J'y suis jamais allée, mais
je t'ai vu pendant que tu t' promenais, je t'ai
regardé et je t'ai lu même ce soir
et autres jours.
Et creuser ainsi, comme tu fais,
ça me fait sì peur
un noeud me frappe à la gorge
au de là du quel je n' vais point,
est-ce tout cela ma douleur? Est-t-il là
tout ce dont je me souviens? Et puis tout le reste,
existe-t-il, ou non? La seule pensée
d'en cultiver le début m'étrangle:
cette pensée, penser.
Si la douleur ne me laissait
avec cette souplesse. Très cruel
que pour comprendre je dois me faire du mal.
Maintenant j'ai du sommeil et domain
au matin
probablement
je lui aurai cédé à nouveau.
Je suis encore naive comme toujours
pourquoi est-ce que je n'ai pas voulu apprendre ton temps?
J'étais pressée.
Même sur cette pensée je me ferai du mal, mais
est-ce que ça sera à moi après?

Copyright (C) 2001 Riccardo Bagnato [www.bagnato.it]
La copia letterale e la distribuzione di questo testo nella sua integrità
sono permesse con qualsiasi mezzo, a condizione che questa nota sia riprodotta.